dimanche 1 décembre 2013

Centre des congrès de Jonzac :
« Un lieu de rencontre qui pourrait être international» estime Claude Belot


Mercredi après-midi. Réunis à Archiac, les élus de Haute-Saintonge se sont retrouvés à la Maison de la Vigne. Des hautes fenêtres, ils regardent le département voisin. Ici, et bien que le paysage n’en laisse aucunement présager, nous sommes à une lisière, au « mitan » diraient les patoisants, entre les départements de la Charente-Maritime et de la Charente. Le président Belot aime bien cet endroit et ne s’en cache pas. Le vignoble, fruit du travail des hommes, s’y étend à perte de vue. Il offre le cognac, produit hautement prisé de par le monde, après l’alchimie de la distillation. 
Saviez-vous que la région de Cognac pourrait bientôt être classée au Patrimoine de l’Unesco ? En tout cas, les responsables s’activent pour que leur dossier soit retenu. La moitié des vignes se situant en Saintonge, ce classement, s’il parvient à se concrétiser, sera un point forcément positif pour le tourisme régional.

De gauche à droite : Jacky Quesson, Carine Wilfart, Claude Belot et Jean Philippe Aurignac
CENTRE DES CONGRES DE JONZAC

Il y a quinze jours, la CDCHS a obtenu le permis de construire du Centre des Congrès qui devrait sortir de terre d’ici 2016, près des Antilles. Elle a confié la mission de maîtrise d’œuvre à l’équipe Tetrac de Nantes. Le coût du bâtiment est estimé à 9 352 500 € et la scénographie à 1 252 400 €. Afin de poursuivre cette opération, il y a lieu de mettre en œuvre les procédures d’appel d’offres pour la réalisation des travaux de terrassement, de voirie et ceux de la partie bâtie (Agora, auditorium et séminaires) incluant tous les lots de scénographie. Le montant global de l’opération est estimé à 15 560 000 € HT. « Ça peut paraître important » admet Claude Belot. « Nous raisonnons comme avec les Antilles, en terme de qualité. Il faut avoir une ambition pour cette construction qui sera dotée des dernières technologies. Cela en fera un lieu de rencontre qui pourrait être international ». Les terrassements commenceront début 2014 (février). Le chantier, qui durera deux ans, devrait être achevé dans deux ans et demi. Suivra vraisemblablement la construction d'un (grand) hôtel (style Sofitel), l'hébergement étant indispensable à l'accueil des congressistes. Reste à savoir dans quelles conditions il pourra être réalisé avec la collectivité.
Un commercial sera recruté prochainement. Il sera affecté aux Antilles et au Centre des Congrès (car les dates de congrès se projettent longtemps à l’avance). « Si je suis en état de le faire, je vous proposerai de gérer ce centre en gestion publique. Je prends pour exemple les Antilles qui sont une réussite » annonce le président. « Je souhaite également mutualiser les moyens en personnel ». En effet, certains jours, les salariés du complexe aquatique sont moins pris que d’autres. À ce moment-là, ils pourraient intervenir au Centre des Congrès.
Côté financement, le Département et la Région apporteront leur soutien et l’État sera sollicité. La ville de Jonzac, pour sa part, fournit le terrain. Elle a payé le rond-point et se charge de l’assainissement et de la chaufferie. Le montage financier est essentiel car Claude Belot ne peut mettre sur les épaules des générations à venir des investissements trop importants...
D’une manière générale, les salles de spectacle de Jonzac s’avèrent trop petites sur la ville. En invitant Bernard Pivot, les Feuillets d’automne auraient pu proposer deux représentations et le Casino, avec Robert Charleboix, s’est trouvé à l’étroit. Un grand espace sera le bienvenu.

Un bowling du côté du moulin du Cluzelet

L’idée d’installer un bowling a été écartée car le sous-sol ne s’y prêtait pas. Ou bien il fallait planter des pieux pour conforter la structure et dépenser 2 millions d’euros supplémentaires. Ce bowling sera réalisé par une entreprise privée du côté du moulin du Cluzelet. La superficie récupérée sera consacrée à des places de stationnement et aux espaces verts. En conséquence, le bâtiment du centre des congrès sera plus court que prévu.

CONNAISSEZ-VOUS L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ?


Jean-Michel Rapiteau dit tout sur le PTCE, « nouvelle bête lancée par l’État ». Traduire : Pôle Territorial de Coopération Économique. L’État a donc lancé un appel à projet relatif à la création de pôles territoriaux dont le but est de développer des synergies économiques et sociales en partenariat avec les collectivités et les entreprises. Selon les directives, le projet retenu sera chapeauté par une association. La date limite de réponse étant fixée à la fin octobre, un dossier a rapidement été élaboré. Le thème retenu est le réemploi, le tri, le recyclage et la valorisation des déchets en Haute-Saintonge, étude réalisée avec les entreprises Sotrival, AGS et Calcia. S’il aboutit, il devrait offrir de nouveaux créneaux de valorisation afin de réduire la part de déchets ultimes à enfouir (création d’une unité de production des combustibles solides de récupération, susceptibles d’être utilisés par Calcia ; unité de méthanisation destinée aux déchets fermentescibles issus des collectivités et des activités économiques  qui pourrait fournir de l’énergie à AGS ; création d’une plateforme de traitement des terres excavées et déchets minéraux ; installation de stockage de déchets non dangereux ; création d’une « recyclerie - ressourcerie - chinetterie » qui se positionnera clairement dans le champ de l’économie sociale et solidaire ; pépinière d’entreprises qui pourrait accueillir des unités de démantèlement ou de recyclage).
Bref, il s’agit tout simplement de recycler les déchets. Un colloque se tiendra d’ailleurs à Jonzac durant le premier semestre 2014 sur ce thème. « Les déchets verts nous coûtent 280 000 euros » constate le Président et les boues, issues de stations d’épuration, qu’épandent les agriculteurs, n’ont pas vraiment bonne renommée. Autour de Jonzac, sur une zone de 10 km, des tonnes de déchets organiques, susceptibles de fournir le précieux méthane, peuvent être collectées. Un groupe d’édiles s’est rendu récemment dans le Tarn, chez le sénateur Jean-Marc Pastor, afin de voir comment on y valorise les déchets. Sur ce chapitre, les Pays nordiques ont une longueur d’avance confortable.

Producteurs fermiers en Haute-Saintonge


Dispositif détaillé qui s’inscrit dans le développement économique et touristique présenté, par Daniel Gillet. Depuis quelques mois, la Commission Agricole de la CDCHS travaille en collaboration avec la Chambre d’Agriculture pour réunir des producteurs fermiers locaux, issus de filières variées (maraîchage, viande, volailles, fromages, etc) selon un système déjà mis en place sur Saintes et Royan.
Un document les recensant devant être édité, la CDCHS est sollicitée pour participer à son financement. Chaque producteur paiera une adhésion. Claude Belot souhaite que cette carte soit jouée à fond et que les denrées utilisées dans la restauration viennent de chez nous plutôt que de Bretagne ! « J’espère que les circuits courts seront appliqués par un organisme émanant de la profession agricole. Ceci dit, je ne veux pas polémiquer » dit-il.


Une pépinière d’entreprises à Mirambeau. Comme annoncé voici quelques semaines, une pépinière d’entreprises sera réalisée dans le secteur immédiat de Métalit, ce qui permettra de diminuer son loyer actuel. L’entreprise, sauvée par l’intervention rapide de la CDCHS et du sous-préfet Jean-Philippe Aurignac, se porte bien et son carnet de commandes est rempli. « La CDCHS n’a pas pris de risque puisqu’elle est propriétaire du bâtiment » précise Claude Belot.

Circuit de la Genétouze. Il vient de recevoir un agrément national qui lui permet d’accueillir des épreuves de championnats de France. Prochainement, en décembre, un prototype de voiture électrique de course y sera mis au point.

Droits de plantation. Il s’agit ni plus, ni moins de les libérer. « Même si ce n’est pas notre affaire, toutes les époques de surproduction ont été catastrophiques pour la région. On assiste alors à l’effondrement des cours » déclare le Président. Selon Daniel Gillet, cette démarche, faite par le BNIC et la Préfète de Région, serait programmée pour 2016 afin de ne pas perdre les droits de plantation existant sur le territoire. Le sénateur Laurent est favorable à une gestion raisonnée du vignoble tandis que Bernard Lalande attire l’attention des élus : « Ceux qui demandent cette libéralisation des droits sont à 30 km d’Archiac. Avant que nous agissions, il convient d’éclaircir les choses et de nous informer des intentions des syndicats ». Réaction de Claude Belot : « Le négoce fait tout pour acheter le cognac moins cher. Il faut voir plus loin que le bout de son nez ».

Véronique Piasecki, maire de Saint Sorlin de Conac, a présenté le bilan du pôle nature de Vitrezay, positif avec son restaurant et le bateau passeur Le Saintongeais
Plantation de bois pour le chauffage. On en manque, c’est pourquoi Claude Belot est prêt à acheter certains terrains du Sud Saintonge (délaissés de l’emprise de la LGV) qui n’intéressent pas RFF. Ils pourraient être plantés en robiniers (faux acacias), les saules se montrant quelque peu capricieux selon le sol qui les reçoit.

Étapes du cognac. Action à renouveler pour un an puisque la prochaine fusion entre les CDC de Pons et Jonzac va changer la donne. Depuis trois ans, la région de Cognac appartient à la catégorie « vignoble découverte », label qui vient de lui être accordé une nouvelle fois.

Convention de participation à la politique SIG départementale de la Charente-Maritime. En 2011, le Conseil général a confirmé sa volonté de promouvoir les systèmes d’Information géographique en créant un comité décisionnel des SIG en Charente-Maritime pour mener des actions collectivement. C’est dans cette démarche que s’inscrit la convention de participation à la politique SIG départementale de la Charente-Maritime qui a pour objet de définir les conditions matérielles et financières. Celle de la CDCHS pourrait être pour 2013 de 7 247  €.

Fusion des CDC de Jonzac et de Pons. Au 1er janvier, les deux collectivités vont convoler en justes noces sans Montils, ni Rouffiac, mais avec Brives et Salignac. L’essentiel des problèmes ayant été réglé « dans un climat intelligent », il faut maintenant entrer dans la phase concrète. Les comptes de chaque structure seront arrêtés le 12 décembre prochain. Certaines difficultés ont pu être réglées grâce au dialogue entre les deux sous-préfets de Jonzac et Saintes. Notons, comme l’a souligné Jean-Michel Rapiteau, que les codes Insee de chaque CDC vont devenir obsolètes. Un autre numéro sera attribué. Cela obligera la nouvelle entité à changer son papier à en-tête, les bulletins de paie, voire les cartes grises. « C’est de la folie » déplore le maire d’Orignolles.

Déchetterie de Montendre. «La plus mal foutue car la plus ancienne.» De sept quais, elle va passer à 10. Des travaux de sécurisation y seront entrepris. De plus, Jean-Michel Rapiteau demande une plus grande vigilance afin que certains utilisateurs, par exemple, ne repartent pas avec de la ferraille…

Les rythmes scolaires. Depuis que le Recteur est venu à Jonzac, tout va bien dans le meilleur des mondes. M. Mariau annonce l’organisation des séances de formation pour les personnes intéressées un jour par semaine, de février à juillet, à la Maison familiale de Chevanceaux. « Apparemment, l’application de cette réforme se déroulerait mieux en milieu rural qu’urbain » estiment certains élus. À la CDCHS, Isabelle Chaumeton est chargée de répondre aux préoccupations des édiles sur le sujet. Mise en place à la rentrée 2014.


L'info en plus

• Une minute de silence
a été observée en mémoire de Gilbert Guérineau, maire de Saint-Georges des Agoûts.

• Chapiteaux et modillons dans nos églises de Haute-Saintonge :
Cette nouvelle brochure que vous pouvez vous procurer à la CDCHS et dans les offices de tourisme met en scène l’art roman et les sculptures qui ornent les édifices religieux. Un bon travail fait par Patricia Ransac. « C’est notre fierté et notre devoir de protéger le patrimoine » souligne Claude Belot.

• Tintin en saintongeais : Maryse Guédeau peut être satisfaite. L’un de ses plus ardents défenseurs a été Claude Belot dans l’édition de son Tintin en saintongeais qui a eu l’heureuse idée de faire étape en gare de Jonzac. À quelques semaines de Noël, l’album a été glissé dans la botte, pardon dans la poche qui est généralement remise aux élus de la CDCHS avant la réunion.

• Jonzac Airport : A Jonzac, Claude Belot espère drainer une large clientèle dans le futur centre des congrès. Il dispose de voies d’accès, dont l’autoroute qui n’est pas loin, et de ‘‘Jonzac airport’’. Réflexion qui a déclenché le sourire de Bernard Lalande. À Montendre, il doit se contenter de l’aérodrome de Marcillac.

2 commentaires:

JP a dit…

A propos du centre des congrès de Jonzac.

Vous annoncez:
Côté financement, le Département et la Région apporteront leur soutien et l’État sera sollicité. La ville de Jonzac, pour sa part, fournit le terrain.

Hors, Sud Ouest annonce:
http://www.sudouest.fr/2013/11/27/jonzac-premiers-terrassements-en-fevrier-2014-pour-le-centre-de-congres-1242210-1368.php

L’appel d’offres va pouvoir être lancé, portant sur 12,477 millions d’euros de travaux, financés sans emprunt.Car la Communauté de communes provisionne depuis plusieurs années le montant nécessaire à cet investissement lourd.
Qui doit on croire?

Nicole Bertin a dit…

Renseignement pris, le Conseil général votera bien une subvention pour le futur centre des congrès de Jonzac, dont le montant devrait être "important" selon le président Bussereau.