lundi 23 octobre 2017

Centre des congrès de Jonzac : le pianiste Michel Ronzeau enchante le public

Vendredi soir, le Centre de Congrès accueillait le pianiste renommé Michel Ronzeau, professeur à l'Ecole des Arts. Une soirée magique offerte par la Communauté de Communes de Haute Saintonge et son président Claude Belot.

Le centre des congrès de Jonzac (© Nicole Bertin)

Une nouvelle fois, la salle était pleine pour écouter le concert récital de Michel Ronzeau, précédé des violonistes Mathias Guerry et Emeline Alberghi (deux violons de Jean-Sébastien Bach). Ce soir-là, l'auditorium nouvellement inauguré a résonné des œuvres de Galuppi, Beethoven, Chopin et Liszt, chaque morceau étant préalablement expliqué avec passion et talent. En symbiose, le public a salué « le jeu magnifique, la souplesse, la maîtrise et cette bienveillance que dégage l'artiste, symbole de partage ».  


Bref, ce fut un moment particulier comme il en arrive parfois...

En architecture, les courbes font partie des règles acoustiques (détail du plafond)
Un nombreux public
• Détail de connaisseurs qui souhaiteraient sur la scène un plancher plutôt que de la moquette...

Jonzac : Chez Loïc, un bistrot à découvrir !

Voici quelques mois, Loïc Paulay a ouvert un restaurant sur la place du château (à l'emplacement de l'ancienne couscousserie). Son objectif ? Proposer des menus gourmands préparés avec des produits frais du marché. Ce chef cuisinier est bien connu dans la région où il a travaillé dans plusieurs établissements renommés.



A midi, un menu à un prix tout doux permet d'avoir une entrée, un plat et un dessert. Le soir, possibilité de choisir à la carte entre poissons, viandes et autres spécialités. L'ambiance est agréable et la déco sympa (en projet, l'aménagement de la terrasse extérieure). Cette table, située dans le cœur historique de Jonzac, est à découvrir !

Très prometteurs, ces plats !!!

• Le bistrot est ouvert tous les jours midi et soir sauf le mardi et le mercredi (le dimanche soir jusqu'au printemps prochain).
• Contact : 05 16 77 90 12

Jean-Michel Méchain : « ACMS est pour la valorisation du patrimoine de Saintes. Elle n’est ni de droite, ni de gauche ! »

Une nouvelle association, que préside Jean-Michel Méchain, a vu le jour sur Saintes et sa région. ACMS regroupe des membres soucieux de la protection du patrimoine, à commencer par les monuments de l’ancienne Mediolanum qui fut capitale à l’époque gallo-romaine. L’amphithéâtre et ses gradins - projet qui fait couler de l’encre actuellement - et l’aménagement du vallon des arènes font partie des préoccupations de ce groupe de "citoyens actifs" qui sera à la fois observateur, acteur et surtout vigilant quant aux actions entreprises.

Le projet des arènes de Saintes fait couler beaucoup d'encre
• Jean-Michel Méchain répond à nos questions  :

Ancien Colonel de gendarmerie à la retraite, Jean-Michel Méchain 
est passionné par l'histoire et la patrimoine
• Quels sont les objectifs poursuivis par ACMS ?

La ville de Saintes est riche d'un passé antique et historique exceptionnel. Ce patrimoine unique, archéologique, monumental et architectural s'impose de façon éblouissante au regard de tous les visiteurs, suscitant souvent un véritable questionnement. Mais, bien au-delà, il est, de façon essentielle, constitutif de l'âme de la cité. Il est le symbole et l'un des fondements profonds de notre communauté. La préservation des sites et monuments et les interventions qui y sont effectuées sont encadrées par un dispositif législatif et réglementaire rigoureux. Il se fonde pour partie sur des conventions internationales, ce qui souligne à quel point l'importance de ce sujet participe d'un bien commun de l’humanité. L’État et les collectivités locales sont, en France, au premier rang responsables de la rigoureuse application de ce dispositif.
Le temps face à ce constat reste une donnée essentielle. Il s'impose tant par le caractère d'écrin qu'il revêt, pour nous offrir encore le spectacle du passé, que par le processus destructif qui, chaque jour est à l’œuvre du fait même de la nature quand ce ne sont pas des hommes.
Les dimensions physique, culturelle et affective qui caractérisent cet ensemble patrimonial portent des potentialités qui, bien au-delà de sa préservation et mise en valeur, participent du développement indispensable de la cité.
Agir sur ce trésor est donc une double nécessité. Il convient de veiller à préserver ce que le passé nous a transmis en luttant et tentant de limiter le processus destructif. Les moyens pour y parvenir sont porteurs de riches potentialités de valorisation pour la ville et l'agglomération.

Une réalité incontournable doit être rappelée : le financement de telles opérations est un levier sans lequel rien de pérenne ne peut être fait. Les collectivités publiques ne peuvent à l'évidence envisager avec leurs moyens propres d'assumer cette tâche. Le partenariat le plus large et le plus efficient s'impose donc en toute hypothèse. Depuis de nombreuses années cette problématique d'ensemble anime la vie de la cité. Les différents programmes proposés par les municipalités qui se sont succédé ont toujours abordé cette question. Des actions ont été conduites certes. Mais aujourd'hui, pour la première fois un programme global pluriannuel intégrant les différentes composantes est en cours d'élaboration. Il veut s'appuyer sur un collège scientifique de référence.
Dans ce contexte, de façon constructive, il nous apparaît que doit s'exercer une vigilance citoyenne en écartant toute querelle partisane ou appropriation instrumentalisée de notre bien commun. Elle doit être l'expression de la volonté des Saintais et plus largement des habitants de l'agglomération de militer simultanément pour le dynamisme et la préservation de l'âme de notre cité.
Les élus portent légitimement l'action. Nous serons les garants attentifs et positifs de la rigueur et du respect de notre bien commun qui doit être au cœur de l’action.       

• Vous faites référence à Icomos, Conseil International des Monuments et des Sites ?


En effet, le Conseil international des monuments et des sites ou ICOMOS  - International Council on Monuments and Sites - est une association mondiale de professionnels qui se consacre à la conservation et à la protection des monuments, des ensembles et des sites du patrimoine culturel.
Dans cette optique, notre association a pour objet de porter une attention citoyenne à tout projet de mise en valeur du patrimoine archéologique et monumental de l'agglomération de Saintes (Mediolanum ) dans la double perspective du dynamisme et du rayonnement de la cité, et de la protection des sites et des biens culturels qui s'y attachent.

 
• Vous avez donné un nom latin à votre association Activae Civis Mediolanum Santonum, ACMS ? N’est-ce pas un peu compliqué pour les non latinistes ?


 Nous avons souhaité, de façon délibérée, montrer notre attachement aux origines de la cité. Et c’est surtout le sigle qui sera utilisé…

• Comment vous situez-vous par rapport à l’association Médiactions que préside Cécile Trébuchet ? ACMS peut-elle lui faire de l’ombre ?


Ce n’est pas son but. Nous n’avons rien à voir avec cette association opposée au gradinage dans les arènes. ACMS s’intéresse à l’ensemble du projet et nous ne sommes ni dans la critique, ni dans les polémiques ponctuelles. Comme je le disais plus haut, nous sommes une association de citoyens vigilants et notre objectif est de mieux connaître le projet afin de l’étudier en toute objectivité et d’en débattre.
Parmi ses projets de campagne, la municipalité actuelle avait l’ambition de valoriser le patrimoine de la ville. Elle entre maintenant dans la phase concrète en s’appuyant sur un comité scientifique. Nous souhaitons accompagner son action de manière totalement apolitique. Notre implication dépasse les clivages. L’association offrira une représentation aux citoyens qui leur permettra d’être mieux informés. Ce n’est pas de la défiance envers la municipalité, c’est de la vigilance !
A ce sujet, toutes les personnes qui veulent rejoindre l’association seront les bienvenues. Un impératif toutefois, qu’elles soient animées par la volonté d’agir en dehors des arrières-pensées. Nous ne sommes pas là pour flinguer un projet qui n’a pas encore été détaillé.

• Pensez-vous que la communication de la municipalité soit insuffisante vis-à-vis de la population ?

La mairie ne communique pas mal. Elle en est encore à la constitution de son projet et nous arrivons à point nommé pour accompagner cette initiative. On n’a pas le droit de se tromper sur ce type de projet. Cette vigilance citoyenne permettra, si besoin est, de formuler des propositions.

• ACMS, observateurs et acteurs ?

Nous voulons être des observateurs vigilants quant aux projets envisagés, sans être négatifs ! Que l’actuelle mairie veuille proposer un outil culturel et touristique est un point positif. Avant elle, aucun grand projet de valorisation, hormis l’Abbaye aux Dames, n’a été mené à bien.
ACMS connaît la richesse du patrimoine saintais, mais aussi sa fragilité. Une évidence s’impose : les ans détruisent ce passé. Trois exemples : le transept sud de la cathédrale Saint-Pierre, où des fouilles riches en découvertes ont été menées, nécessite des travaux ; les arènes présentent des endroits qui sont dans une dégradation absolue ; les thermes romains sont en train de sombrer dans l’oubli. Le temps est dans un processus destructif. Ce n’est pas en étant tétanisés devant lui qu’on arrêtera son œuvre sur les monuments. Des interventions sont nécessaires. Que le patrimoine historique rencontre des décideurs contemporains, avec des opportunités de mise en valeur et de développement, est un atout qui permettra à la cité d’avancer tant dans la protection et la connaissance de ses monuments que l’aspect économique. 

• Qui compose le noyau dur d’ACMS ?


Le noyau dur de l’association vient d’horizons différents, des commerçants, des entrepreneurs, des professions libérales, des retraités de la  SCNF, d’anciens fonctionnaires du Conseil général. Il n’y a aucune connotation politique, seul un souci des citoyens de protéger et valoriser le patrimoine saintais.

• Quelles actions allez-vous conduire ?

Dans un avenir proche, nous aurons un site internet, une page Facebook, un blog et une communication mise en place par Yvan Rotrou. L’association favorisera les échanges et organisera des réunions, d’autant que la mairie a accepté de nous présenter son projet. Nous allons pouvoir en discuter avant la réunion publique de présentation officielle qui devrait avoir lieu en novembre. ACMS a l’intention de revendiquer un droit de regard sur le comité de pilotage. C’est la possibilité pour les Saintais d’avoir un suivi en participant à l’avenir de leur ville.

• Contact : Le siège social d’ACMS est 3 rue du général Sarrail à Saintes.

Passion patrimoine ! 

• Ancien colonel de gendarmerie à la retraite, Jean Michel Méchain aime le patrimoine et il l’a prouvé en construisant, sur la commune de Saint-Savinien, un monument en mémoire de l'ancienne chapelle d’Agonnay, aujourd’hui disparue. L’édifice qu’il a lui-même édifié à ses frais est aujourd’hui terminé et fait l’admiration des visiteurs. ll a publié un ouvrage très documenté sur «  le serment d’Agonnay et la chapelle de Pied Gautru  ».

Bâtie par Jean-Michel Méchain, la chapelle d'Agonnay, en construction sur ces photos, 
est aujourd'hui terminée

Passion patrimoine ! (© Nicole Bertin)
Détail de la nouvelle chapelle (© Nicole Bertin)

samedi 21 octobre 2017

L'artiste Jephan de Villiers honoré par l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France

L’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France a décerné le prix de sculpture 2017 de la Fondation Simone et Cino Del Duca à Jephan de Villiers pour l’ensemble de son œuvre. Vous pouvez découvrir ses créations à la Maison des Douaniers, à Saint-Palais sur Mer, où le 10.000ème visiteur a été accueilli. Félicitations à cet artiste dont les créations, étonnantes, portent la voix d'anciennes résonances...

Voyage en Arborie (© Nicole Bertin)
Très tôt, à l’âge de quatorze ans, Jephan de Villiers commence à réaliser d’immenses villages de terre, d’écorces et de feuilles dans le jardin de sa grand-mère au Chesnay, près de Versailles. Il aime le cirque, le théâtre et le mime. Dès lors, son travail de sculpteur et de poète ne s’arrêtera jamais. 
Dans les années soixante, il découvre l’atelier reconstitué de Constantin Brancusi. Naissance des « Structures Aquatiales » à Paris en 1966.  Un an plus tard, il s’installe à Londres et y expose régulièrement son travail. En 1976, la forêt de Soignes, près de Bruxelles, est pour lui une révélation.  Le « Voyage en Arbonie » commence. Depuis 2000, il vit et travaille en Charente-Maritime, non loin de l’estuaire de la Gironde.

Jephan de Villiers : « Je n’ai rien inventé, je me suis souvenu… »
Jephan de Villiers nous invite à quitter notre quotidien pour nous plonger dans une civilisation imaginaire qui appartient à un passé où l’homme et la nature ne faisaient qu’un. De très nombreuses expositions lui sont consacrées. Ses sculptures sont présentes dans des lieux publics ouverts, des musées et de nombreuses collections privées. Des « Fragments de mémoire » ont été déposés à travers le monde.

 Jephan de Villiers, guetteur de mémoires des mondes oubliés

Jephan de Villiers possède le pouvoir de dissoudre le temps. Celui-ci se dilate, tel un vortex imaginaire au contact de l’alchimie de l’artiste. Jephan se comporte avant tout un écologue de la mémoire.
Son fleuve de prédilection est l’estuaire de la Gironde et ses eaux lourdement chargées d’alluvions. Jephan utilise tout ce qui vient de ce monde secret des végétaux tombés sur la terre. Il marche beaucoup, il travaille toujours debout, s’interrompt puis reprend les sculptures sur lesquelles il intervenait.
« Ses créations, issues des différents éléments glanés et patiemment assemblés : bois flottés - fragments de ces forêts originelles aujourd’hui disparues - plumes, feuilles, terre, boues, sont toujours pour lui des « fragments de mémoire ». Sculptées, séchées, transformées, ces matières sauvages donnent à voir individus, peuples, nomades, envols, funambules, chutes, animaux farouches, cris gelés, soupirs murmurés, écritures qui sont gestes, pluies, traces, mouvements, danses, fragments de mémoire mystérieux, ficelés, recouverts d’une écriture inconnue » déclare à son sujet Simon du Chastel, anciennement président de la Fondation Jephan de Villiers à Bruxelles.

Tout un monde réuni sous l'aile protectrice

L'atelier de l'artiste
Photos Nicole Bertin

Saintes : le Festival des Solidarités du 18 novembre au 5 décembre




Dépistage du cancer du sein : le Département aux couleurs d'Octobre rose

En octobre, le Département de la Charente-Maritime participe à la campagne de lutte contre le cancer du sein, organisée pour la 24ème année consécutive en France par l'association "Le Cancer du Sein, Parlons-en !"


LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN EN CHARENTE-MARITIME
En Charente-Maritime, l’association LUCIDE 17 bénéficie d’un important soutien financier du Département. Elle est en charge de coordonner les programmes nationaux de dépistage organisé des cancers. Elle mène notamment des actions de dépistage du cancer du sein auprès des femmes âgées de 50 à 74 ans.

DÉPISTER POUR SAUVER
Le dépistage est un examen simple, rapide et gratuit, effectué chez un radiologue agréé. Plus d’une femme sur deux participe désormais à ce programme en Charente-Maritime, mais le taux de participation reste en dessous de l’objectif national fixé à 70%. L'opération "Octobre rose" est l'occasion de sensibiliser le public pour sauver des vies.
Plus d'infos ... Contactez votre médecin ou appelez LUCIDE 17 au 05 46 90 17 22.

LE DÉPARTEMENT S'ILLUMINE AUX COULEURS D'OCTOBRE ROSE
Durant tout ce mois d'octobre, le rose est LA couleur de ralliement pour lutter contre le cancer du sein. Le Département signe son adhésion en illuminant de rose la Maison du Département de La Rochelle à la tombée de la nuit à partir du 20 octobre.

"LE 17 DANS L'ASSIETTE ... UN MENU TOUT EN ROSE EN CE MOIS D'OCTOBRE !"
2017 est l'année du 17. Pour s'amuser avec ce fil rouge, le Département de la Charente-Maritime nous a réservé de belles surprises tout au long de l'année. L'une d'entre elles est "le 17 dans l'assiette"... Chaque 17 du mois, une vidéo est réalisée autour d'une recette préparée à base de produits locaux par un chef et un invité.

NOUVELLE VIDÉO EN LIGNE LE 17 OCTOBRE !
En ce mois d'octobre, en signe de soutien à l'opération "Octobre Rose", c'est un menu haut en couleurs ou plutôt tout en ROSE qui vous attend. Il a été concocté au sein de la cuisine du restaurant de la Maison de la Charente-Maritime de La Rochelle. Rendez-vous sur le web et les réseaux sociaux du Département pour découvrir les ingrédients utilisés par le chef...

Connaissez-vous Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs ?

La Région Nouvelle-Aquitaine lance, en partenariat avec Bpifrance un programme régional d'accompagnement pour PME et ETI à fort potentiel de développement, intitulé « Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs »

Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine et Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance (© Nouvelle Aquitaine)
Dans un contexte de perte de compétitivité de notre tissu industriel, la Région Nouvelle-Aquitaine a souhaité engager une politique volontariste en faveur des entreprises à potentiel du territoire, considérant qu'elles sont stratégiques pour nos territoires et filières d'excellence : des ETI ayant pour ambition de devenir des leaders à l'international et des PME à potentiel souhaitant devenir des ETI.

Cette nouvelle politique régionale ambitieuse se traduit notamment par l'expérimentation, en partenariat avec BPIfrance, d'un programme régional d'accompagnement sélectif et personnalisé, pour PME et ETI à fort potentiel de développement, intitulé « Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs ».

Ce programme, co-construit avec le club des ETI et ADI Nouvelle-Aquitaine, déclinaison régionale du programme Accélérateur expérimenté par BPIfrance au niveau national, vise à accompagner 70 entreprises à potentiel sur 3 ans en Nouvelle-Aquitaine.

Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, et Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, viennent de lancer la première promotion de « Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs » et de signer une convention de partenariat pour la mise en œuvre de ce programme.

23 entreprises régionales performantes, dotées d'un beau potentiel de croissance, embarquent pour 24 mois d'accompagnement intensif avec une programmation spécifique pour les PME (14 entreprises) et les ETI (9 entreprises). La promotion PME a entamé son parcours collectif en septembre dernier avec 2 jours de séminaires dédiés à la stratégie et au développement international. La promotion ETI est quant à elle réunie cette semaine pour 3 jours de séminaire stratégique sur les nouveaux business models.

Pour Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine : « Partant du constat que la Nouvelle-Aquitaine comme la plupart des autres régions françaises a un déficit d'ETI et de PME suffisamment solides pour faire face à la concurrence internationale, la Région a souhaité lancer une expérimentation pour accompagner les entreprises à fort potentiel du territoire dans des parcours d'excellence. Dans un souci d'efficacité, nous avons privilégié un partenariat avec BPIfrance qui nous a permis de proposer rapidement une offre de services aux entreprises régionales, qui a déjà été expérimentée au niveau national, tout en opérant un transfert de méthodologie et de savoir-faire aux équipes de la Région et de son agence ADI».
 
Nicolas Dufourcq, Directeur général Bpifrance, ajoute : « L'accompagnement est aujourd'hui le cœur de la stratégie de Bpifrance pour transformer le tissu économique français. Les Accélérateurs Bpifrance spécifiquement dédiés aux start-up, PME et ETI, sont les vaisseaux amiraux de l'offre de coaching de Bpifrance, avec 150 entreprises qui travaillent chaque année à la structuration de leurs stratégies de croissance.  Au-delà des programmes Accélérateurs, Bpifrance intervient aux côtés des entrepreneurs avec plus de 5 500 missions de conseils par an, sur tous les métiers de nos clients dans une logique de partage et d'ouverture. Aujourd'hui, pour que l'impact de l'accompagnement soit massif dans les écosystèmes régionaux, nous proposons notre expertise aux acteurs du développement économique régional ».
 

 • Une sélectivité assumée : une cible de 23 entreprises disposant d'un potentiel de croissance leur permettant d'ambitionner un changement d'échelle
« Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs » cible un segment d'entreprises à fort potentiel de croissance, indépendantes et disposant d'un chiffre d'affaires moyen de 15 millions d'euros pour les PME et 66 millions d'euros pour les ETI. Il s'adresse à des PME et ETI non ciblées par des dispositifs existants et dont les dirigeants sont porteurs d'une véritable ambition de développement.
Il vise quatre objectifs :
- Révéler les potentiels de croissance de l'entreprise,
- Créer les conditions d'une « émulation » collective,
- Rompre l'isolement du chef d'entreprise,
- Créer de la valeur sur le territoire et un effet d'entrainement sur l'activité et l'emploi.

Du « sur-mesure » conjuguant une offre individuelle de conseil, une dynamique d'émulation collective et un suivi personnalisé
Quatre principales actions constituent le cœur du parcours des entreprises sélectionnées dans « Nouvelle-Aquitaine Accélérateurs » :

• Du conseil avec, dès les premiers mois, l'élaboration d'un diagnostic 360° de l'entreprise qui analyse le positionnement de l'entreprise sur une dizaine d'items de la stratégie à l'organisation RH en passant par l'international, la croissance externe, le développement commercial ou la transformation digitale. En fonction des conclusions de ces diagnostics sur-mesure, seront diligentées des missions de conseil complémentaires ciblées sur un ou deux leviers de croissance identifiés (digital, international, commercial, croissance externe, etc.).

• Des actions de formation en présentiel, en partenariat avec KEDGE (PME) et HEC (ETI), pour faciliter la prise de recul stratégique, complétées par des ateliers de travail, durant les deux années de l'accompagnement.

• L'animation de la communauté des entreprises membres, leur mise en réseau avec l'ensemble des promotions Accélérateurs déployées sur tout le territoire national et aussi de Bpifrance Excellence (plus de 4000 entreprises). 

• Un suivi personnalisé et renforcé des projets de développement de chacune des entreprises ayant intégré le programme, par les équipes de la Région et d'ADI Nouvelle-Aquitaine
  
Une expérimentation qui s'adosse à un programme piloté par Bpifrance au niveau national et a déjà fait ses preuves
L'Accélérateur PME, lancé en 2015, est le pionnier des Accélérateurs de Bpifrance. Un tiers des soixante PME de la première promotion de l'Accélérateur PME sont devenues des ETI à l'issue de ces deux années d'accompagnement. Les autres entreprises ont confirmé des trajectoires de croissance significatives,  avec une croissance moyenne de leur chiffre d'affaires de 22% sur les deux années, une augmentation du chiffre d'affaires export de 29% et de leur effectif de 20 %. 62 % d'entre elles ont par ailleurs fait évoluer leur gouvernance. L'accélération vers l'international est un des piliers majeur de l'accompagnement puisque 85% d'entre elles ont ouvert de nouveaux marchés étrangers.
A travers ses accélérateurs nationaux, Bpifrance a déjà accompagné 17 PME et ETI issues de la région Nouvelle-Aquitaine.

Des tablettes numériques pour le collège Georges Texier de Saint-Jean d'Angély

Caroline Aloé, conseillère départementale et présidente de la commission des affaires scolaires et de l'enseignement supérieur a remis au Collège Georges Texier de Saint-Jean-d'Angély deux classes mobiles de 16 tablettes numériques dans le cadre du projet pédagogique "Sans faute"


• DEPUIS 2013, TOUS LES COLLÈGES PUBLICS DE LA CHARENTE-MARITIME
SONT RACCORDÉS À LA FIBRE OPTIQUE GRÂCE AU DÉPARTEMENT

Depuis septembre 2013, les 51 collèges publics que compte la Charente-Maritime bénéficient de l’Internet à très haut débit grâce à la prise en charge par le Département du raccordement à la fibre optique et de la location des infrastructures associées : 20 mégabits par seconde.
Permettre à nos jeunes et à leurs enseignants d'évoluer dans des "Collèges connectés" constitue le préalable à tous les projets pédagogiques liés au numérique mais également au déploiement d'espaces numériques de travail, à la mise en œuvre d'un Extranet Collèges performant ainsi qu'à la participation active au Plan Numérique pour l'Éducation lancé par l’État et dans lequel le Département engage l'ensemble des collèges de la Charente-Maritime !

• LE PROJET "SANS FAUTE"
C'est dans cet environnement connecté particulièrement favorable que l’équipe enseignante en Lettres du collège "Georges Texier" mène depuis près de 2 ans un projet, visant à renforcer l’apprentissage de l’orthographe via l'usage d'une tablette numérique.
Cette nouvelle manière d’enseigner positionne le collégien différemment face à l'apprentissage. Ce n'est plus l'élève qui s’adapte à un enseignement général, mais l’enseignement qui s’adapte au niveau de chaque élève. Cette opération concerne l’ensemble des classes quel que soit leur niveau (sixième, cinquième, quatrième, troisième).
Ce projet "Sans Faute", lié au "Projet Voltaire"* va amener les élèves à une meilleure maîtrise de la langue française, orale et écrite. De plus, l'usage régulier d'une tablette en classe permettra d’amener les collégiens à s’approprier de nouvelles technologies et favorisera une certaine autonomie.

*Projet Voltaire - Service en ligne de formation à l'orthographe. Après un test d’évaluation un programme personnalisé d’entrainement est proposé à chaque élève.

• Deux classes mobiles de 16 tablettes numériques (avec système de charge et borne Wifi intégrés).
Le montant total de cet équipement est de : 14 118 €.
Le parc informatique de ce collège a été renouvelé en janvier 2017. Il sera équipé d’un réseau Wi-Fi opérationnel en 2018.

• POUR RAPPEL ... LES 51 COLLÈGES PUBLICS SONT ÉQUIPÉS DE :
6 850 ordinateurs fixes ou portables, 1 422 vidéoprojecteurs (dont 53 vidéoprojecteurs interactifs) et 95 tableaux blancs interactifs.
Le renouvellement des ordinateurs est effectué au bout de 5 ans : En 2017, la base est d’un ordinateur pour 4,3 élèves. Chaque salle dispose d’un vidéoprojecteur et d’au moins un ordinateur dédié à l’appel et à la gestion du cahier de texte électronique.

Le Conseil départemental jeunes sera présent à La Rochelle lundi 23 octobre

Le Conseil Départemental des Jeunes (CDJ) présentera le travail réalisé au cours de sa 1ère année de mandature et proposera ses projets en ouverture de la séance publique de la Session d'automne du Conseil Départemental qui débutera lundi 23 octobre à 10 h 30 à la Maison de la Charente-Maritime de la Rochelle. 

La parole est laissée aux jeunes collégiens !
Les deux vice-présidents, Suzon Berre (collège Fernand Garandeau de La Tremblade) et Arthur Texier (collège Georges Texier de Saint-Jean-d'Angély) interviendront aux côtés des 6 rapporteurs :
Candice Chatelier (collège Aliénor d'Aquitaine du Château d'Oléron), Sacha Malard (collège Les Salières de Saint-Martin-de-Ré), Marie Avrilleau (collège Beauregard de La Rochelle), Julia Tranquard (collège Marcel Pagnol de Tonnay-Boutonne), Bobbin Plantet (collège René Caillé de Saintes) et Audrenn Deville-Cavellin (collège Jean Monnet de Courçon-d'Aunis).
Les autres collégiens élus au CDJ assisteront à la séance en tribune publique.

Université de La Rochelle : Des enseignants chercheurs en poste à la faculté de droit font entendre leurs voix

L'équipe dirigeante de l’université de La Rochelle s’est lancée dans une mutation profonde dont l’objectif vise à transformer l’institution en un institut du littoral. Malgré les demandes réitérées des juristes, et en dépit de démarches individuelles et iréniques de la part de certains d’entre eux, le président a accordé un entretien au journal Sud-Ouest (25 septembre 2017).
L’université de La Rochelle compte cette année 8595 étudiants inscrits (dont près de 30% pour le droit et la gestion, répartis par moitié). Or, en matière d’encadrement et de dotation budgétaire, la faculté de droit dispose de moyens médiocres, et en tout cas largement inférieurs au quota que devraient lui assurer ses effectifs. Malgré ces handicaps, elle a été fort bien évaluée par le HCERES au printemps dernier et remplit de manière plus qu’honorable son rôle de service public d’enseignement supérieur de proximité qui n’a jamais cessé d’être le sien depuis sa création. C’est pourquoi la majorité (12/19) des enseignants chercheurs en poste à la faculté de droit (sur les 22 actuellement en poste, deux se trouvent dans l’équipe décanale et un est en détachement ; il en demeurait donc 19 à même d’exprimer sans réserve leur opinion) a décidé de faire circuler le plus largement possible la motion suivante :

Le Nouveau Festival - saison 2 : moins d'un mois pour s'inscrire !

A vos marques, prêts ? Cliquez !


Avis aux jeunes passionnés et créatifs néo-aquitains : pas de temps à perdre, les inscriptions pour le Nouveau Festival sont ouvertes jusqu'au 15 novembre 2017 sur le site le-nouveau-festival.fr !

En effet, fort du succès de sa première édition, qui a rassemblé au printemps 2017 plus de 3.000 lycéens et apprentis autour de 265 projets artistiques, culturels ou scientifiques, la Région Nouvelle-Aquitaine prépare d'ores et déjà la 2ème édition du Nouveau Festival !
 Dédié à tous les lycéens et apprentis de la région, il sera déployé sur 4 journées, réparties sur l'ensemble du territoire, avec un socle commun de domaines :
    ▪    Théâtre
    ▪    Musique
    ▪    Danse
    ▪    Arts plastiques et visuels
    ▪    Exposition photos
    ▪    Défilés de mode
    ▪    Multimédia
    ▪    Bénévolat

• La dernière journée, dite « phare », accueillera quant à elle des projets des thématiques du socle commun mais aussi des sciences, de l'audiovisuel et de la vidéo, du slam, un tournoi de matchs d'improvisation et l'orchestre européen et néo-aquitain.

• Inscriptions ouvertes jusqu'au 15 novembre sur le site :
le-nouveau-festival.fr

• Devenez bénévole !
L'objectif du domaine « bénévolat » est de favoriser l'accueil des festivaliers par d'autres élèves durant les différentes dates du festival et d'organiser « la vie du festival », par le biais d'animations et d'actions spécifiques (accueil des festivaliers, accompagnement avant le passage sur scène, contact avec le régisseur...).
Ce domaine, permet également aux jeunes, d'être acteurs et spectateurs du Nouveau Festival, au même titre que les autres festivaliers !

Départ en vacances : appel à la prudence et renforcement des contrôles

Les périodes de départ en vacances et le week-end de la Toussaint sont traditionnellement meurtriers sur les routes de France.


Au cours du mois de septembre 2017, ce sont 8 personnes qui ont perdu la vie dans le département. Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2017, 33 personnes ont été tuées et 661 blessées sur les routes du département au cours de 536 accidents.
Fabrice Rigoulet-Roze, Préfet de la Charente-Maritime, appelle tous les usagers de la route à la plus grande vigilance et au respect des règles de sécurité routière notamment pour protéger les usagers vulnérables (piétons, cyclistes). Il rappelle que la vitesse excessive, l’alcool ou les stupéfiants sont présents dans plus de la moitié des accidents mortels de la route.

Afin que le trajet soit le plus sûr possible, voici quelques conseils et recommandations simples à respecter :
➢ Respecter les limitations de vitesse ;
➢ Respecter les distances de sécurité ;
➢ Vérifier l'état général du véhicule ;
➢ Soyez attentif au chargement en répartissant les poids sur l'ensemble du véhicule ;
➢ Penser à l'usage systématique du gilet rétro-réfléchissant et du triangle en cas de panne sur la route ;
➢ Pendant le trajet, ne pas négliger les effets de la fatigue sur la conduite et en cas de temps chaud, penser à s'hydrater régulièrement ;
    •    ➢ En toute circonstance, ne pas consommer d'alcool et/ou stupéfiants si vous devez prendre la route ;

➢ Tenez-vous informé des conditions de circulation sur http://www.bison-fute.gouv.fr/


De nombreux contrôles routiers seront organisés sur l'ensemble du département pendant la période des vacances par les forces de l'ordre pour assurer la sécurité de tous sur nos routes.

Saintes : Le temps du parloir pour les familles de détenus...


Dans le cadre des Journées Nationales Prison, le groupe local de concertation de la prison de Saintes propose deux manifestations : une exposition au Centre Belle Rive et une projection lundi 20 novembre au Gallia.


• Le temps du parloir pour les familles de détenus, film présenté par Jeanne Favre

Pour rencontrer un proche en prison, il est nécessaire pour les familles de mettre en route la lourde machine pénitentiaire : intégrer les savoir-faire pour obtenir un permis de visite, maitriser tout un ensemble de règles sécuritaires qui interviennent à l’entrée de la prison, respecter les horaires avant de pouvoir pénétrer en prison et arriver jusqu’au parloir.
Les réalités sont différentes en fonction des lieux et de la période de détention, depuis le parloir individuel “mono famille" selon les établissements, ou le parloir commun “multi familles” aménagé avec ou sans boxes, jusqu’aux unités de vie familiale ou aux parloirs familiaux qui interviennent plus tardivement dans le parcours carcéral.
Quelles que soient les conditions du parloir, il s’agit toujours de la confrontation de deux mondes, celui de l’intérieur et celui de l’extérieur, de vécus différents qui ont du mal parfois à coexister. A force d’autocensure des gestes et des émotions, à force de faire bonne figure pour protéger l’autre, de ne pas dire, à force de contraintes et de difficultés de toutes sortes, l’incompréhension arrive souvent à s’insinuer au fil du temps pour se traduire en soupçons, exigences et parfois en déchirures et ruptures.
Quant aux enfants, nombre d’entre eux ont également “à faire" au lieu parloir pour rencontrer leur mère ou leur père incarcéré, un lieu aux normes le plus souvent strictes et inappropriées à leurs besoins essentiels. Leur présence au parloir ne saurait toutefois être remise en cause tant ces temps de contacts entre enfants et parents permettent de nourrir des liens fondamentaux.
Le film « De sas en sas » de Rachida Brakni investit ce lieu du côté des bancs des visiteurs et nous amène ainsi à nous interroger sur ce temps si particulier du parloir pour les familles de détenus.

Moi(s) sans tabac : une nouvelle occasion pour arrêter de fumer « ensemble et en équipe »

La Charente-Maritime se mobilise pour le deuxième défi collectif   


En Nouvelle-Aquitaine, 1 300 000 personnes fument, soit 30 % de la population. Sur 10 fumeurs, 6 souhaitent arrêter, mais sans accompagnement, c’est difficile. Pour les soutenir, le Ministère de la Santé et des affaires sociales et Santé publique France en partenariat avec l’Assurance Maladie organisent le défi collectif Moi(s) sans tabac qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois, en novembre, avec le soutien de leurs proches et en équipe. Un mois sans tabac multiplie par cinq les chances d’arrêter de fumer.
 

L’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine (ARS), avec le soutien d’Agir 33 Aquitaine, AddictLim et ANPAA Poitou-Charentes, accompagne les acteurs de terrain dans la mise en place d’actions pour sensibiliser les fumeurs à l’arrêt du tabac, les inciter à s’inscrire au défi, les aider à se préparer à l’arrêt et les soutenir pendant tout le mois de novembre.
Pour cette 2ème édition du Moi(s) sans tabac, l’ARS a souhaité mobilisé plus fortement les partenaires sur la déclinaison d’actions en direction des jeunes, des publics précaires, mais également auprès des entreprises.

Des rendez-vous dans toute la région !
> En octobre, rejoindre le mouvement Moi(s) sans tabac
De nombreux partenaires locaux se mobilisent pour organiser sur tous les territoires de la Nouvelle-Aquitaine des actions de sensibilisation à l’arrêt du tabac et d’incitation à relever le défi du « Moi(s) sans tabac ».

> En novembre, arrêter tous ensemble
L’ARS Nouvelle-Aquitaine et ses partenaires déploient un dispositif de soutien à travers des manifestations individuelles ou collectives : consultations d’aide et d’accompagnement au sevrage tabagique, ateliers, activités ludiques… L’objectif est de soutenir tous les participants, de leur prodiguer conseils et encouragements pour les accompagner jusqu’au succès.

Les premiers événements Moi(s) sans tabac prévus en Charente-Maritime

Jonzac
Tout le mois d’octobre de 9h à 17h
• Opération Prévention Tabac
Stand d’information pour sensibiliser les fumeurs à l’arrêt du tabac et faire connaître le CSAPA
> Place du Marché

La Rochelle
25 octobre
• Stand d’information pour sensibiliser les fumeurs à l’arrêt du tabac
> CFA La Rochelle (12h-14h)
> Centre hospitalier de la Rochelle (9h-17h)
> Stade rochelais (18h-21h)

du 6 au 30 novembre
• Séances de projections-débats dans le cadre de l’exposition « Cerveau et addictions »
> Centre de formation des apprentis (CFA), du 6 au 10 novembre
> Maison Associative de la Santé (MAS), du 13 au 18 et du 27 au 30 novembre
> Lycée rochelais, du 20 au 24 novembre

Montendre
Tout le mois de novembre
Incitation à s’inscrire au défi, consultations, défis sportifs
> Lieu : Foyer occupationnel Le Logis du Roch, rue de la Motte à Vaillant, Montendre

Royan
2, 9, 15, 22 et 30 novembre de 14h à 18h
Sensibilisation des patients aux risques liés au tabac
> Lieu : CSAPA,66 avenue des Semis

Saint Trojan les Bains
8 novembre de 9h à 13h
Information et sensibilisation des lycéens sur les risques liés au tabac, proposition de tests de monoxyde de carbone
> Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron, 30 avenue du débarquement



Prévenir et combattre les Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Semaine de prévention du 23 au 29 octobre en Charente-Maritime. Troisième cause de mortalité, première cause de handicap acquis chez l’adulte, l’accident vasculaire cérébral (AVC) peut être combattu plus efficacement avec une meilleure information du public. En Nouvelle-Aquitaine, 2 personnes sont touchées par un AVC toutes les heures et plus d’1 sur 3 gardera des séquelles invalidantes.


L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine et de nombreux acteurs de santé se mobilisent pour faire connaître les signes d’alerte des AVC et le réflexe d’appel au 15 (ce qui est une information vitale), mais aussi pour informer sur l’hypertension artérielle et l’arythmie cardiaque : deux causes principales de survenue des AVC. En Charente-Maritime 2159 personnes ont eu un AVC en 2016 et 220 décès liés à cette maladie ont été recensés.

• Rendez-vous mercredi 25 octobre de 10h à 18h dans le hall du Centre hospitalier de Rochefort
Toute la journée, les patients et visiteurs du Centre hospitalier seront sensibilisés aux AVC, aux signes qui doivent alerter et à la prévention de la maladie.
 
AVC, mieux connaître les causes et la prévention
Relativement mal connu du grand public, l’accident vasculaire cérébral touche près de 18000 personnes en Nouvelle-Aquitaine, soit 2 par heure, dont 1 tiers garderont des séquelles.
La capacité du patient et de son entourage à identifier les signes d’alerte est un levier de progrès majeur, car selon le type d’AVC, des traitements efficaces existent, mais ils ne peuvent être administrés que dans les premières heures qui suivent le début de l’AVC. Mieux connaître cette maladie est donc la première arme pour mieux la combattre.
 
• Qu’est-ce qu’un AVC ?
Un accident vasculaire cérébral, également appelé « attaque », survient lorsque la circulation sanguine dans ou vers le cerveau est interrompue, soit par un vaisseau sanguin bouché (infarctus cérébral), soit par déchirure d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie dans le cerveau (hématome cérébral).
En conséquence, les cellules du cerveau ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d’autres meurent.
 
• Deux causes majeures :
l’hypertension et l’arythmie cardiaque
 
• Hypertension et AVC, comment ça marche ?
Impliquée dans 80% des AVC, l’hypertension correspond à une pression anormalement élevée dans les artères. Pour éviter un éclatement ou une fuite, l’organisme réagit en rendant plus épaisses les parois de ses artères. L’hypertension cause donc une réduction du diamètre des artères. Les plus fines d’entre elles, les artères profondes du cerveau peuvent aller jusqu’à se boucher...
Pour les artères de diamètre plus élevé, l’hypertension favorise l’encrassement des parois et la formation de caillot. Si un caillot se décroche, il risque de boucher l’une des artères du cerveau.
 
• Arythmie cardiaque et AVC, comment ça marche ?
L’arythmie est en cause dans 1 AVC sur 5. En cas d’arythmie, les fibres musculaires du cœur ne se contractent pas de manière parfaitement synchrone. De ce fait, la cavité cardiaque n’est plus vidangée totalement à chaque contraction. Du sang stagne et finit par former un caillot. Si ce caillot est évacué, les premières artères dans lesquelles il migre sont en général celles qui alimentent le cerveau...
Pour pouvoir bénéficier d’un traitement préventif, adapter son hygiène de vie et diminuer considérablement le risque de faire un AVC, il est primordial de détecter ces causes à temps en faisant vérifier sa tension et son pouls régulièrement par son médecin.
 
• Hygiène de vie, la prévention ça marche
Les principaux facteurs de prévention sont :

• avoir une alimentation équilibrée et peu salée, pour éviter
l’encrassement des artères et combattre l’hypertension,
• pratiquer une activité physique régulière, ce qui fait baisser la tension,
• arrêter de fumer, car le tabac favorise la formation de plaques de cholestérol,
• en cas de diabète et de cholestérol, le respect d’un régime alimentaire adapté et du traitement prescrit par le médecin.
Une personne qui suit ces quelques règles de vie limite fortement le risque d’avoir un AVC.


AVC : des risques spécifiques pour les femmes
Si les principaux facteurs de risque sont communs aux hommes et aux femmes comme l’hypertension artérielle, le diabète ou le tabac, les femmes ont aussi des facteurs de risque spécifiques liés à la gestation et aux traitements hormonaux.
Ainsi, les femmes (au plan national et dans notre région) sont plus touchées que les hommes par les AVC. En France, 57% des victimes d’AVC sont des femmes.
Les AVC sont également plus sévères chez les femmes, le pronostic en termes de handicap et de qualité de vie est moins bon dans leur cas. Par ailleurs, une forte hausse du nombre d’AVC 
est constatée chez les femmes jeunes, ce qui est probablement dû à l’augmentation de la tabagie. A noter, la pilule multiplie par deux le risque d’AVC. Mais ce sont surtout les « associations dangereuses » qui accroissent ce risque : pilule, plus migraine entraîne un risque multiplié par 8 ; pilule, plus tabac, plus migraine entraîne un risque multiplié par 15 au moins.

Saintes : permanences d'informations sur la redevance incitative par la CDA

Dès le 1er janvier 2018, la redevance incitative sera généralisée sur les 36 communes de l’agglomération, à l’exception de l’hypercentre de Saintes rive gauche.  Pour accompagner le changement et répondre aux questions des usagers, la Communauté d’Agglomération met en place des "points infos" en novembre et décembre sur plusieurs communes de son territoire. 



Six « points infos » sont programmés :
    •    Le 7 novembre à la mairie de Chérac, de 14h à 18h30
    •    Le 15 novembre, à la mairie de Burie, de 14h à 19h
    •    Le 22 novembre, à la mairie de Montils, de 14h à 19h
    •    Le 29 novembre, à la mairie de Chaniers, de 14h à 19h
    •    Le 6 décembre, à la salle des fêtes de Luchat, de 14h à 19h
    •    Le 13 décembre, à la maire d’Ecoyeux, de 14h à 19h

Lors de ces permanences, des agents de la Communauté d’Agglomération de Saintes sont à la disposition des usagers pour répondre à leurs questions, les renseigner individuellement et expliquer le fonctionnement de la redevance incitative. Les personnes désireuses d’obtenir des renseignements peuvent également contacter le service redevance de l’Ecosite de la Communauté d’Agglomération au 05 46 98 07 19, le lundi, mercredi et vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h, ou se rendre sur www.agglo-saintes.fr  
L’extension de la redevance incitative procède d’une volonté de rendre cohérent et équitable les modalités de facturation du service entre tous les habitants. Elle a été approuvée par le conseil communautaire en septembre 2017.
Ce type de redevance tient compte de la quantité d’ordures ménagères produite par chacun. On la nomme incitative car elle encourage les usagers (particuliers et professionnels) à trier en diminuant la quantité de ce qui est jeté dans la poubelle noire.

jeudi 19 octobre 2017

Animations à Mortagne et sa région

A NOTER SUR VOS TABLETTES
 
 

Saint Dizant du Gua : brocante informatique dimanche 22 octobre

A NOTER SUR VOS TABLETTES

Concert des Restos du Cœur : c'est à Vallet samedi 21 octobre

C'est en effet à Vallet, commune satellite de Montendre, que se tiendra un concert du cœur samedi 21 octobre dont les recettes sont destinées aux Restos chers à Coluche.

Pierre Jacques, Jean Christophe et les responsables des Restos du Cœur
Quand il a créé les Restos du Cœur, Coluche espérait bien que le nombre de démunis diminuerait au fil des années. Aujourd'hui, il serait attristé par les chiffres de la pauvreté parmi lesquels figurent des jeunes, phénomène grave dans une société qui veut aller de l'avant.
Les Restos du Cœur continuent à remplir leur mission, comme c'est le cas à Jonzac dont la responsable est Françoise Terme. Distribution de nourriture, vêtements, linge, possibilité pour certaines familles de partir en vacances, cours scolaire de soutien, microcrédit, places de cinéma offertes, etc. «  Tout est gratuit » souligne F. Terme qui insiste sur cette main tendue, importante dans le monde actuel. Les Restos couvrent plusieurs secteurs, Jonzac, Montendre, Saint-Genis, Archiac et Mirambeau. Le dispositif fonctionne toute l'année. La période hivernale commencera mardi 21 novembre prochain, 140 familles sont déjà inscrites.

J.C, Pierre Jacques et les musiciens !

Pour la seconde année, un concert du cœur est organisé. Il aura lieu dans la salle municipale de Vallet  (près de Montendre) et s'inscrit dans les "manifestations nationales des Restos du Cœur". Pierre Jacques Rambeaud, créateur du Big Fuzz et membre du groupe Rappel (spécial Téléphone) a tout de suite été partant pour jouer lors de cette soirée : « je sais faire un peu de musique ! »  dit-il avec humour. En 2016, avec Rémi Ribot à Clam, la soirée dansante avait attiré quelque 120 personnes pour une recette de 1300 euros.
A Vallet, on sort le grand jeu : en première partie, le trio de J.C reprendra le répertoire de Jimi Hendrix. Jean-Christophe, ex Binuchards (guitare, chant) et ses potes, Richard à la basse et Jeewaï à la batterie, vous attendent nombreux. Idem en seconde partie pour Pierre Jacques à la guitare, Frédéric Debardieux (guitare chant), Etienne Tanguidé (batterie) et Angel Pailhou (basse) dit Château Margaux.
Pourquoi avoir choisi Vallet ? Tout simplement parce que la salle municipale est sympa, le parking vaste et le maire Ludovic Poujade « favorable à la culture en milieu rural ainsi que le foyer rural que préside H. Clochard ».
Entrée 6 euros, début des réjouissances à 20 h 30, buvette et restauration sur place..

Françoise Terme s'apprête à laisser les rênes à son collègue Yannick
• Contact avec les Restos du Cœur au 05 46 48 35 74. Distribution les mercredi et jeudi au local de la rue Paul-Bert à Jonzac.

Montendre : salon du livre dimanche 22 octobre avec Mireille Calmel

Dimanche 22 octobre, de 10 h à 18 h, salle municipale de Montendre, 46 auteurs réunis pour le salon du livre dont l'invitée d'honneur est Mireille Calmel. Le thème de la journée sera le Moyen-âge.
Programme : 10 h ouverture des portes au public, 12h  inauguration, 15 h moment de partages avec Mireille Calmel, 16 h atelier BD avec Franck Bascou, 18h fermeture des portes.


Tout au long de la journée : Atelier Récup ’créations animé par Nadja Montreuil, fabrication de marque-pages en papier de récupération et origami sur le thème du Moyen-Age (de 5 à 77 ans), expositions des travaux des enfants de l'école primaire de Montendre sur le thème du Moyen-Age, tableaux de Monika Seriat.
Le salon est organisé par la médiathèque municipale de Montendre et l'association Lectr@média. Venez nombreux !

Les nouvelles de Saintonge : la smartflower du centre des congrès, vol aux Antilles, Claude Révolte honoré, Mireille Calmel à Montendre

• Connaissez-vous la fleur du Centre des congrès de Jonzac ?

Les pétales de la smartflower sont des panneaux photovoltaïques. La fleur tourne en fonction du soleil
Outre la fine fleur qui fréquentera ce nouveau lieu de Jonzac, une fleur qui tourne en fonction du soleil est visible sur l’esplanade . Il s’agit d’une smartflower imaginée par un conception autrichien. Selon EDF ENR, « la smartflower est le premier générateur photovoltaïque intelligent. Véritable éclosion technologique, cette fleur solaire permet de produire et de consommer votre électricité photovoltaïque. Innovante, design et intelligente, elle a été pensée pour garantir le meilleur du solaire. La smartflower allie technicité et esthétisme pour proposer une solution d’autoconsommation innovante. Ses 12 pétales offrent une surface solaire de 18 m2 pour une performance optimale. Incomparable, la smartflower surprend par son élégance et deviendra la reine de votre jardin ». Autrement dit, les particuliers peuvent également penser à la « planter ».
C’est un « gadget qui a un sens » souligne Claude Belot, président de la CDCHS qui mise sur les énergies renouvelables. Le centre de congrès, par exemple, est chauffé par la géothermie basse température.

• Le centre des congrès de Jonzac sera géré par une régie

Le centre des congrès à la nuit tombée
Comme les Antilles qui sont gérées directement par la Communauté de Communes de Haute Saintonge et seraient « en seconde position par l’importance de leurs recettes après le pont de l’Ile de Ré », le nouveau centre des congrès dépendra de la CDCHS.
Le Centre a ouvert officiellement ses portes jeudi dernier à l’occasion d’un concert de jazz organisé par la ville de Jonzac et Maïté Auboin Hannoyer. Salle de 500 places pleine à craquer.
Durant la première année, Claude Belot travaillera avec les personnels de la CDCHS et l’Office de Tourisme pour le fonctionnement de ce nouvel outil. Le recrutement d’un directeur commercial viendra plus tard quand l’hôtel situé près du casino sera ouvert en juin 2018.
Rappelons que le centre dispose de deux salles, l’une de 500 places, l’autre de 1500 (debout). Le casino a choisi d’y décentraliser un certain nombre de ses spectacles (il faut dire que sa salle actuelle est souvent trop petite avec une acoustique très moyenne). Lequel casino sera en grands travaux l’an prochain.

La salle de 500 places du centre des congrès
• Parmi les congressistes, les propriétaires de moulins

Lesquels se réuniront au Centre des congrès de Jonzac en mai prochain. Ils auraient d’ailleurs l’intention de mettre leur siège social à Jonzac. Pourquoi pas au moulin de chez Bret ? Quant à leurs documents, les archives de Jonzac (décentralisation de La Rochelle) peuvent également les accueillir.

Le moulin de chez Bret
• Qui a piqué la caisse des Antilles de Jonzac ?

Il y a quelque temps, les responsables des Antilles de Jonzac ont eu une désagréable surprise. En effet, des individus se sont introduits dans le complexe aquatique jonzacais (par le toit apparemment) et l’alarme n’étant pas opérationnelle, ils sont repartis avec la caisse, soit quelque 2000 euros aux dernières nouvelles. A la même période, le magasin Krys, implanté sur la zone commerciale du Leclerc, a également été victime d’un cambriolage, l’objectif des voleurs étant les lunettes de soleil. Une enquête a a été ouverte par la gendarmerie pour ces deux affaires.

• Claude Révolte fait Chevalier dans l’Ordre National du Mérite

Créateur de l’Ecole de musique de Haute Saintonge et des Eurochestries qui réunissent, chaque été, des orchestres de jeunes, Claude Révolte sera à l’honneur le 9 décembre. En effet, le sénateur Daniel Laurent lui remettra, en la salle municipale de Saint-Germain de Lusignan, les insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Cette distinction honore des années de travail et d’implication. Félicitations !

Claude Révolte, un passionné !
• Vous aimez Aliénor ? Rendez-vous à Montendre !

En effet, l'écrivain Mireille Calmel, célèbre pour ses romans sur Aliénor d'Aquitaine, sera l'invitée d'honneur du salon du livre de Montendre dimanche 22 octobre à la salle municipale. Causerie à 15 heures. Venez nombreux !


• Jonzac : la lecture est dans la barrique !

Dans cette barrique rouge placée sur la place du château, vous trouverez des livres à emprunter, à lire et à rapporter. Et si vous voulez en placer vous-même, les responsables vous remercient par avance !


Le premier comité de pilotage "actions éducatives concertées" à Montguyon

Le premier comité de pilotage de l’expérimentation intitulée « Actions Éducatives Concertées en milieu rural » se tiendra vendredi 20 octobre à la mairie de Montguyon en présence d’Elise Dabouis, sous-préfet de Jonzac, Raphaël Gérard, député, Alain Chiron, président du SICOM de Montguyon, des élus du syndicat, des représentants de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, de la CAF et de la Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale.
Les membres du SICOM de Montguyon ont confirmé leur volonté de porter, dans un cadre intercommunal, une politique éducative ambitieuse. L’expérimentation consiste en l'accompagnement méthodologique et financier d'un état des lieux des forces et faiblesses du territoire en vue de construire un plan d'actions digne de ce nom.

• Laurent Wauquiez à Marans

Invité par la Fédération des Républicains de la Charente-Maritime, Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains, tiendra une réunion publique mercredi 8 novembre à la salle municipale de Marans à 19 h.