mercredi 14 février 2018

Saintes : témoignage d'une famille syrienne. Aidons Iyad et Rana à trouver un emploi

Mosa à Montlieu La Garde, Iyad et Rana à Saintes et tant d'autres : ces familles syriennes ont fui la guerre pour échapper au désastre que traverse leur pays. Lucien Normandin, président de la Plume des Fadets, œuvre avec son association pour faciliter l'intégration de Iyad et Rana. Ils sont à la recherche d'un emploi ; Iyad comme agent de maintenance électrique, sa spécialité, et Rana en tant que secrétaire interprète français-arabe et anglais-arabe.

Syrie, champ de ruines...
Lucien Normandin témoigne : Le drame sanglant vécu par la Syrie a provoqué l’arrivée en Saintonge de quelques familles syriennes. Parmi celles-ci, on peut rencontrer dans les rues de Saintes Iyad et Rana accompagnés par leurs deux fils Omar et Ahmad. Omar est scolarisé en collège au niveau de la troisième et Ahmad en CM2.

La famille est arrivée en France en juillet 2015 après un périple de deux ans en Turquie. Elle a obtenu sans difficulté un visa par les autorités consulaires françaises car Rana est parfaitement francophone,  étant même diplômée de littérature française par  la Faculté des Lettres de Damas. Pendant une dizaine d’années, elle a été journaliste dans la presse écrite syrienne d’opposition. Ce travail était devenu éminemment dangereux quand la dictature Assad s’est renforcée. Les risques étaient d’autant plus  grands que Rana et sa famille sont non seulement opposants politiques, mais aussi de tradition sunnite alors que le pays est dominé par les Alaouites soutenus par les Chiites et par des Chrétiens. Le temps est loin, en effet,  où le chrétien syrien Michel Aflak rédigeait la charte du Baas qui se voulait inspirée des principes laïques.

La famille a été accueillie par l’association rochelaise Escale qui fournit les aides du CADA. Depuis son arrivée à Saintes, la famille s’est rapidement intégrée à la vie sociale locale. Outre les établissements scolaires des garçons, elle fréquente assidûment les activités du Centre social des Boiffiers-Bellevue et est membre active de l’association Solidarité-Syrie. Rana se réjouit d’avoir été envoyée par les autorités administratives à Saintes où la vie associative est diversifiée et la population généralement accueillante.

Depuis l’obtention de la carte de séjour pour dix ans, la situation serait quasi parfaite si Iyad pouvait trouver un emploi comme agent de maintenance électrique, sa spécialité, et si les efforts de recherche de Rana pour un poste de secrétaire interprète français-arabe et anglais-arabe aboutissaient.

Pour l’instant, le couple s’active pour aider bénévolement les réfugiés arabophones afin de leur expliquer les subtilités administratives mais aussi culturelles françaises. Il joue donc le rôle de facilitateur d’intégration.
                              

Aucun commentaire: