mercredi 23 août 2017

Tour de Broue : projection cinématographique géante !

Rendez-vous vendredi 25 août à 21 h 30 à la Tour de Broue, commune de Saint-Sornin


Le Département de la Charente-Maritime, associé aux communes d’Hiers-Brouage et de Saint-Sornin, dans le cadre du Syndicat Mixte pour la Restauration et l’Animation du Site de Brouage, propose, pour la 2ème année consécutive, une projection cinématographique géante, en plein air et en musique, sur une façade de la Tour de Broue, à Saint-Sornin. Puisant dans l’univers fantastique ou burlesque du cinéaste Georges Méliès, "En plein dans l’œil" propose une lecture actuelle, poétique et ludique de son univers dans un cadre naturel et historique exceptionnel.
Constitué de 12 films représentatifs de ce génie du 7ème art, ce ciné-concert ravive avec brio ces pépites cinématographiques. Sur la scène, les musiciens de la compagnie utilisent des instruments parfois atypiques pour accompagner la projection : guitare, clavier et percussions rythment chaque minute de la féerie visuelle du cinéaste. L’alchimie fonctionne à merveille et finit par toucher "En plein dans le cœur". La mise en lumière du site ajoute à la fascination que suscite cette illustration ludique et poétique de l’image d’hier par la musique d’aujourd’hui. I

• RENSEIGNEMENTS Gratuit /Tout public / Durée : 1 h 15 chaises, bancs et toiles sur le sol à disposition du public (quantité limitée. Les spectateurs peuvent également apporter leur chaise pliante. Syndicat Mixte de Brouage 05 46 85 80 60 – www.brouage.fr

Rochefort : La Nouvelle Aquitaine présente pour débattre de l'agriculture de demain et de la place des Régions dans la future PAC

Dans le cadre du congrès de l'AC3A (Association des Chambres d'Agriculture de l'Arc Atlantique), Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, participera à une table-ronde politique intitulée « Quelle place pour les régions dans la future PAC en France ? » jeudi 24 août à 14 h 30 à Rochefort (Hôtel-restaurant de la Corderie Royale, rue Audebert).


Vendredi 25 août à 11 h, ce sera au tour de Jean-Pierre Raynaud, vice-président en charge de l'agriculture et l'agroalimentaire, de débattre sur « Quelles réponses de nos agriculteurs face aux menaces ? Investir, innover, imaginer, oui mais avec quels moyens et avec quelles cohérences ? ». En effet, avec la fin programmée de la Politique Agricole Commune (PAC) en 2020, il convient de réfléchir dès à présent aux contours que devra prendre cette future PAC.
Les Régions, en leur qualité d'autorité de gestion du FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural, et second pilier de la PAC) ont toute légitimité à apporter leur contribution afin de défendre leurs agricultures et leurs territoires ruraux.
L'enjeu étant bien d'engager une prospective de ce que devra être l'agriculture régionale demain au regard des contraintes liées au changement climatique et donc de ce que devront être les mesures à mettre en place pour accompagner les adaptations et changements nécessaires.

A propos de l'AC3A 

Elle regroupe les 4 chambres régionales d'agriculture (Normandie, Bretagne, Pays de Loire et Nouvelle-Aquitaine) et les 23 Chambres départementales avec comme objectif de travailler en commun et d'accroître leurs échanges pour élaborer de nouvelles approches et dégager de nouvelles missions répondant aux changements qui affectent le monde rural et agricole.

Festival du Film Francophone d'Angoulême signature d'une convention en faveur du cinéma et de la francophonie

Dans le cadre de la 10ème édition du festival, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC), vont signer le volet Francophone Québec de la nouvelle convention de coopération pour le cinéma et l'image animée 2017-2019 vendredi 25 août à Angoulême (Jardins Hôtel Mercure).


Il sera signé par Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Christophe Tardieu, directeur général du CNC, Monique Simard, présidente et chef de la direction de la SODEC, en présence de Line Beauchamp, déléguée générale du Québec en France, de Marie-France Brière et Dominique Besnehard, délégués généraux du FFA.
La Région Nouvelle-Aquitaine est ainsi la première région à avoir intégré un partenariat spécifique avec Québec et la SODEC dans sa convention, afin d'encourager les manifestations culturelles franco-québécoises qui valorisent les œuvres venant de leurs territoires, notamment le festival du film Québécois de Biscarosse (40), le Sunny Side of The Doc de la Rochelle (17) et bien évidemment le Festival du Film Francophone d'Angoulême (16).
Avec l'adoption en Séance plénière du 10 avril dernier de cette convention, la Région Nouvelle-Aquitaine est devenue le 2ème fonds de soutien Cinéma et Audiovisuel, après l'Ile-de-France, avec un Fonds d'aide doté de près de 11M€/an (8M€ Région + 2,73M€ départements).

La remontée de la Seudre les 2 et 3 septembre

Tous les ans depuis 1996, la Communauté d’agglomération Royan Atlantique organise la Remontée de la Seudre avec le concours de nombreux bénévoles. Plébiscité par les communes ostréicoles des bords de la Seudre, cet événement phare de la fin de saison attire chaque année plus de 2000 personnes à l'occasion d'un week-end de loisir sportif, ponctué par des animations et des dégustations de produits régionaux. 


Cette année, la Remontée de la Seudre aura lieu samedi 2 et dimanche 3 septembre. Les randonneurs ouvriront la marche samedi au stade municipal d'Etaules, en partant à la découverte des chemins de la Seudre tout en s’arrêtant déguster des huîtres.
Trois parcours sont prévus pour les marcheurs (11 km), les cyclistes (30 km) et les cavaliers (19 km), au terme desquels un marché et un repas fermier attendent les participants à Etaules, de 16 heures à 22 heures.
Une randonnée nautique de 10 km en kayak est également organisée, samedi 2 septembre à 13 h 30 à partir du port de Chatressac à Chaillevette, avec un arrêt à port Paradis pour déguster des huîtres. Dimanche, place aux embarcations sans moteur de toutes tailles (kayaks, canoës, voiles légères, stand-up paddle, OFNIS) pour la remontée de la Seudre, de l'embarcadère de La Tremblade au port de l'Eguille-sur-Seudre.
Le départ aura lieu à 13 h 30 et sera suivi à 14 h 30 par celui des voiles traditionnelles et des habitables. Un marché de produits régionaux se tiendra à partir de 14 heures sur le port de l'Eguille, où aura lieu le traditionnel repas du port à partir de 18 h 30, animé par "Poussez pas mémé". Programme complet à partir de ce lien, ainsi que tous les renseignements pour les inscriptions : https://www.agglo-royan.fr/agenda#seudre

Les Antilles de Jonzac fêtent leurs 15 ans : « Bonheur, budget, Belot », les maîtres mots de la Haute Saintonge selon Jean-Pierre Raffarin

Inaugurées en juillet 2002, les Antilles viennent de fêter leurs 15 ans. Il y a dix ans, en 2002, l'anniversaire des dix ans avait été célébré en grande pompe en présence de Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau, Claude Belot, Daniel Laurent, la famille Barthelémy et une nombreuse assistance.

Vue aérienne du complexe aquatique des Antilles de Jonzac
Retour sur cet évènement :

En 2002, il était arrivé en hélicoptère. Cette fois-ci, Jean-Pierre Raffarin a choisi la voie terrestre pour fêter les dix ans des Antilles. Un grand absent toutefois, l’architecte Roelof Hendriks n’est plus de ce monde pour saluer le complexe aquatique de Jonzac qu’il a conçu avec son épouse Nannie.


9 juillet 2012 : Claude Belot, M. et Mme Guérard (fille d'Adrien Barthelémy), Jean-Pierre Raffarin, Daniel Laurent et Dominique Bussereau

Lundi matin, les Antilles de Jonzac ont célébré leurs dix ans. Elles n’ont pas pris une ride et l’on peut même dire qu’elles vieillissent bien.

Les Antilles de Jonzac : une architecture originale

Les plans de ce havre dédié à la détente et aux plaisirs de l’eau, on les doit à un couple d’architectes hollandais qui a imaginé un concept original pour la Haute-Saintonge. Installés dans l’Oise, à Lamorlaye, Nannie et Roelof Hendriks avaient rencontré par hasard Claude Belot, alors président du Conseil Général de Charente-Maritime. A leur première entrevue, Nannie ne savait rien de Jonzac : « Nous n’avions pas osé avouer notre ignorance géographique. Dès notre retour à la maison, nous avons cherché sur une carte de quelle ville il pouvait s’agir » avait-elle confié. Une lacune rapidement comblée.

C’est ainsi qu’ils imaginèrent, entre champs et vestiges d’une villa gallo-romaine, une vaste structure de 7300 m3 baptisée « Les Antilles ».
Le chantier fut suivi avec attention par les habitants. Jonzac était en pleine expansion ! Depuis 1986, la ville possédait des thermes exploités par la Chaîne Thermale du Soleil, chère à Adrien Barthélemy. Nichés au cœur des anciennes carrières d’Heurtebise, ils avaient accueilli 186 curistes la première année. Perplexes, l’opposition à Claude Belot ironisait : « grâce à son forage géothermique, le maire a inventé l’eau chaude et il prend des risques avec l’argent public ». Aujourd’hui, ils sont 950 patients par jour à y recevoir des soins. D’importants travaux viennent d’ailleurs d‘y être réalisés. Les commentaires désagréables ont cessé !

Les Antilles en travaux (archives © Nicole Bertin)
Nannie Hendriks, le responsable de la SEMDAS, Roelof Hendriks et Claude Belot (archives Nicole Bertin)

Quand les Antilles sortirent de terre, elles intriguèrent. Ce grand velum blanc, qui leur donnait une allure scandinave, ne faisait pas couleur locale ! Les questions étaient multiples, à commencer par les perspectives de fréquentation : n’étaient-elles pas un peu prétentieuses ? Rapidement, le centre attira une clientèle variée, souvent familiale. Le gestionnaire privé, Gesclub, qui en avait la charge, rencontra néanmoins des difficultés. Faisant face à l‘adversité, la Communauté de Communes de Haute-Saintonge réagit en créant sa propre régie. Les résultats obtenus démontrent que « le public peut faire aussi bien que le privé » assure Claude Belot.

Durant l’été 2002, l’inauguration en grande pompe des Antilles reçut un honorable visiteur, Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre de Jacques Chirac. Il faisait chaud et sans doute rêvait-il de se rafraîchir dans cette immensité bleutée, animée par des vagues artificielles...


Les élus, après avoir coupé le ruban tricolore (2012)

Dans un discours tonique, devant quelque 1000 personnes, l'élu déclara que cette réalisation n’était ni de droite, ni de gauche ! « Je suis admiratif du travail que vous faites en Charente-Maritime. L’activité touristique ne cesse de croître et vous êtes dans le peloton de tête. Ici, je trouve des leçons pour la France. Vous travaillez dans un esprit d’équipe ».

« Un concept gonflé » !

Dix ans plus tard, lundi matin, Jean-Pierre Raffarin était à nouveau l’invité d’honneur des Antilles. Le public était plus nombreux qu’en 2002 et le soleil était absent. L’ambiance, elle, était au rendez-vous avec un groupe de vahinés, Maeva Océanie, qui dansèrent le tamouré en signe de bienvenue. Un peu inattendu mais original, même si la Polynésie n’est pas dans les Caraïbes !

Maeva Océanie, groupe basé à Pons

Les élus, sensibles à la danse polynésienne !

Depuis décembre 2005, moment où la CDCHS a repris la gestion des Antilles, Claude Belot y commence sa journée. Disons qu’il est très attentif à leur fonctionnement. En 2011, le site a totalisé 400.000 entrées. Fin juin 2012, la progression serait de 15,96% par rapport à l’année précédente : « nous sommes bien partis pour atteindre les 500.000 » dit-il.

Les joies du lagon
Danse de Maeva Océanie dans le hall des Antilles. Le public est ravi !

En plus du casino et des résidences hôtelières, la future salle de congrès (baptisée « temple du soleil ou agora » ?), qui sera construite dans les parages, a retenu l’attention de 145 architectes. Les travaux devraient démarrer en 2013.

La serre des Antilles abrite une végétation luxuriante : elle a inspiré à Monique Doucet son chapeau fleuri !

Dans son allocution, Dominique Bussereau, président du Conseil Général, se réjouit de la bonne forme des Antilles, un projet « qui paraissait un peu fou au départ ». On connaissait l’Aquaboulevard à Paris et les Center Parcs (dont un nouveau centre construit prochainement dans le Nord de la Vienne) : « à Jonzac, le concept était gonflé ». Il y avait un précédent : aux environs de Poitiers, le Futuroscope n’a-t-il pas éclos en pleine campagne, au milieu d’un champ de patates ? On appelle ça « l’aménagement du territoire ». Et de souhaiter longue vie au centre aquatique de Jonzac « qui vide un peu sa plage de Saint-Georges de Didonne » où l’eau est assez fraîche actuellement. Sans rancune…

Le public durant les allocutions

Jean-Pierre Raffarin, pour sa part, félicita les édiles du secteur pour la concrétisation de projets ambitieux et humanistes. « Quand on regarde une carte de Poitou-Charentes, on repère tout de suite les zones où les élus sont entreprenants ».

Jean-Pierre Raffarin, le salut du tribun !
« Bonheur, budget, Belot » sont, pour lui, les maîtres mots de la Haute-Saintonge. « Claude Belot peut être un peu raide et quand il a un dossier à défendre, il veut faire payer tout le monde ! » déclara-t-il. Cette familiarité n’est pas étonnante : les deux hommes « qui ont du vécu » siègent ensemble au Palais du Luxembourg.
Se battre pour le développement d’un bassin de vie entre de plain-pied dans la décentralisation. « Des décisions au plus près du terrain doivent être prises pour que les territoires puissent poursuivre leurs actions. Notre devoir est d’innover en matière d’attractivité et de proposer un haut niveau de qualité ». Le vice-président du Sénat estime que Paris ne peut détenir tous les pouvoirs sous peine de commotion cérébrale.
« Les projets sont le cœur de la politique » conclut-il. Père de l’acte II de la décentralisation, l’engagement de Jean-Pierre Raffarin dans ce domaine est resté intact !
Le vice-président du Sénat est un ardent défenseur de la décentralisation
Un public nombreux (mais moins qu'en 2002 !) pour saluer les dix ans des Antilles

Christian Bardet et Laurent Neau
Parmi les invités, Pierre Babin et Bernard Lévêque



Reportage et photos Nicole Bertin

• Depuis 2012, le centre des congrès est sorti de terre et ouvrira ses portes fin septembre. L'hôtel, quant à lui, est en travaux. Il sera opérationnel en 2018.